Départ pour_

Aujourd’hui, on vous emmène sur la falaise !
Départ imminent pour une histoire en mots et en images, dans la rubrique « Portraits littoraux »

Publicités

« Tempêtes et Songes », enfin à (re)découvrir en ligne !

Exposée ce printemps à la galerie Marée Moderne, notre création photographique à deux regards « Tempêtes et Songes, un monde en vibrance« , est enfin à (re)découvrir en ligne !

Vous pouvez commander les œuvres !
Tirages signés et numérotés, limités à 30 exemplaires, avec certificat d’authenticité.

Les photos sont tirées sur papier fine art Hahnemühle « Photo Rag » : 100 % coton (308 g/m²), ultramat, avec une grande profondeur d’image, toucher fin et souple.

Prix: 100€ (30×30 cm) ou 80€ (20×30 cm).

Autres formats et encadrement : prix  sur demande.

Pour commander, c’est ici.

Le rêve bleu des estampes japonaises

Après la grande rétrospective d’Hokusai au Grand Palais en 2014, l’estampe japonaise est de nouveau à l’honneur à Paris, cette fois-ci au musée national des arts asiatiques-Guimet.

Tombée amoureuse des bleus si particuliers d’Hokusai, l’infatigable « vieil homme fou de peinture », l’Image Salée était curieuse d’en apprendre plus sur l’art de l’estampe japonaise et ses liens avec la photographie, médium naissant au 19ème siècle.

Justement, ce bleu si intense qui frappe d’emblée le visiteur, c’est le « bleu de Berlin » (aussi appelé bleu de Prusse), un pigment tout nouvellement importé d’Europe au début du 19ème siècle et qui a été utilisé aussi bien par Hokusai que par Hiroshige.

L’eau, la mer, les saisons, sont omniprésentes dans ces paysages. Et l’homme dans ses occupations quotidiennes y est représenté comme élément de la nature, faisant union avec elle. Autre unité sacrée : la montagne (san) et la mer (sui) comme deux forces fondamentales qui soulignent la « permanence des formes du paysage en dépit du vacillement du temps » (36 vues du Mont Fuji par Hokusai, 53 relais du Tokaido par Hiroshige). Une invitation à la contemplation, à la méditation sur le caractère sacré du paysage, et par extension de la terre, notre lieu de vie à tous.

Regarder les estampes japonaises, c’est entrer dans un monde qui semble reprendre vie instantanément, c’est rêver ce qui a pu être la vie au Japon, tout en comprenant que la nature profonde de l’homme est d’être en harmonie avec son environnement.

Reste un regret : La partie sur la photographie de paysage, censée éclairer les « relations de gémellité » entre ce médium et les estampes, qui reste théorique (un panneau explicatif), sans vraiment offrir une mise en perspective visuelle … car les quelques photos présentées sont « éparpillées » dans les différentes parties de l’exposition (dont une magnifique épreuve à l’albumine de Felice Beato de 1864-66, « Le mont Fuji vu depuis Murayama »), et par conséquent n’arrivent pas à faire concrètement ressortir ces liens.

Cette exposition nous rappelle à quel point les estampes japonaises ont été, et sont toujours, une source d’inspiration consciente ou inconsciente pour les photographes. Évidemment – vous l’aurez deviné – l’Image Salée n’y échappe pas …

 

 

„Paysages japonais“, exposition au musée Guimet, du 21 juin au 2 octobre 2017

Divisions de l’exposition :

I : PAYSAGES ET SCÈNES DE GENRE.

II : REPRÉSENTATION PICTURALE DE PAYSAGE : SANSUIGA.

III : PÉRÉGRINATIONS.

IV : UN PAYSAGE ÉCRIN DE LA NARRATION.

V : LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE.

VI : SHIN-HANGA, NOUVELLE RÉFLEXION AUTOUR DE LA XYLOGRAVURE.

Sources :

A voir :

Cycle de films de Naomi Kawase sur le paysage et la nature du 5 au 14 juillet 2017 au musée Guimet.

Une exposition peut en cacher une autre…

L’Image Salée expose à la galerie Marée Moderne !

« Tempêtes et Songes »
Un monde en vibrance

« Tempêtes et Songes » est une création photographique à deux regards. Ces images en couleur et en noir et blanc sont autant de questionnements sur notre monde, elles font appel à la mémoire de chacun pour suggérer une lecture personnelle.

Plus que cela, elles sont une invitation à entrer dans un rêve éveillé, une tempête intérieure, un espace de flottement. Cet espace de flottement devient terrain d’expérimentation, de rébellion face au « pittoresque [qui] éparpille la force des songes » (G. Bachelard, L’eau et les rêves).

Soulignant l’intensité d’instants vécus – désirés – rêvés ? – la vibrance des photographies permet de raconter leur durée dans une impossible fixation. Le temps s’efface en évoquant son importance absolu.
Galerie Marée Moderne, 10 place Cambernon, Granville.
Vernissage ce dimanche 26 mars 2017, 15h-19h.
Exposition jusqu’au 30 avril 2017.
Plus d’informations: Marée Moderne

L’Image Salée expose au Carrefour des Arts

L’Image Salée participe à l’exposition collective « La Manche, terre d’expression »  au Carrefour des Arts. Découvrez à cette occasion une sélection de nos paysages salés !

Exposition du 26 mars au 30 avril 2017
Vernissage: Samedi 25 mars à partir de 17h30
Entrée libre. Vendredi, samedi, et dimanche de 14 h à 18h.
50370 La Chapelle-Urée
Tél.: 02 33 58 72 39
http://www.ateliers-artistiques.com/

Les paysages salés s’invitent aussi chez vous ! Tirages signés et numérotés, limités à 30 exemplaires, avec certificat d’authenticité. Demandez-nous la liste des prix et les finitions possibles !

L’Image Salée 1.1

Le site de L’Image Salée passe en version 1.1  😉

Déjà presque un an !

On prépare ce premier anniversaire et des surprises sont au programme.

Le littoral est un territoire extraordinaire et fragile, préservons-le !
Profitons raisonnablement de ses richesses et sans compter  de ses rafales et autres marées …

Merci de votre fidélité et bonne balade sur les sentiers du nouveau site de L’Image Salée.

On reste connectés !

A très bientôt,

Pêcheurs à pied

Agon-Coutainville, samedi 12 juillet 2014, il est 11h48, la mer est basse par un coefficient de 92.

Nous commençons les premiers portraits des pêcheurs à pied. Quelques marées plus tard …, découvrez ce travail aux accents de liberté.

Agon-Coutainville, coefficient 98, pêche au bouquet.

Les Yeux de la mer

Ou les Nageurs-Sauveteurs à 180 degrés

L’été n’est pas loin, les derniers postes de surveillance des plages ont fermés début septembre pour rouvrir au mois de juin 2017.

En attendant, qui sont les nageurs-sauveteurs du littoral ouest de la Manche ?

Un nouveau portfolio de portraits littoraux à retrouver ici.

Gaspard, Agon-Coutainville Nord